Arborescences (5) et découverte du pays de la zébritude…

23 février 2018

Déambulations psychiques du zèb’reton…(6)

Dans le monde des zébrés qui…tentent de passer du « noir et blanc » à la couleur j’ai découvert toutes sortes de choses que j’adore.

Ainsi cette idée (ou remarque), que tout cela ressemble un peu (avouons le…) à un groupe des « alcooliques anonymes » : « Bonjour, je m’appelle Philippe… », et…(en chœur… 😉 ) : « BONJOUR PHILIPPE… !!!».

Cette remarque est probablement un signe, un signe de reconnaissance (entre zèbres), d’une certaine façon : « je suis dans le groupe des zébrés mais…je fais un pas de côté…je me dissocie…je me regarde faisant partie des zébrés… », « je suis dedans mais je suis aussi dehors pour me voir, de l’extérieur, comme celui qui est dedans ». « Je ne me réduis pas à cela, ni à quoi que ce soit d’autre qu’on serait susceptible de dire sur moi ».

Un jour, un chef m’a dit : « Philippe, tu n’es jamais là où on croit que tu es ».

Ce qui était vraisemblablement une critique, je n’ai pas réussi à le voir autrement que comme une parole du type : « Philippe, tu es toujours libre ; on n’arrive jamais à t’enfermer dans nos cases ». Si mon chef avait su à quel point cette phrase me rendait heureux… S’il avait su à quel point je me suis délecté de cette phrase entendue pour sentir en moi cette liberté qui m’est si chère….Tout est affaire de sens posé sur les choses, ce qui aurait pu m’affecter m’a réjoui au plus haut point… 🙂

Déambulations psychiques du zèb’reton…(7)

Aujourd’hui je suis dans le monde des zébrés qui…tentent de passer du « noir et blanc » à la couleur, demain où serai-je ? Où serai-je moi qui aspire (tel le papillon… ; tiens, tiens…) à ne pas me faire « épingler »… Hier j’étais dans un groupe des gens « qui ont fait une crise cardiaque » et je ne pense pas me réduire à cela. Aujourd’hui je suis dans le groupe des « zèbres » et…je ne pense pas non plus me réduire à cela. Je pense à ces personnes vues en vidéo qui passent leur temps à parler de leur zébritude. « Je suis zèbre » : oui, admettons, pourquoi pas, mais… moi qui me dis et me pense « zèbre », puis-je sérieusement croire que j’ai fait le tour de « qui je suis » et de « qui je peux me faire devenir encore et encore , demain et après-demain» en disant et répétant : « je suis zèbre… », « je suis zèbre ». Réflexions pour moi-même…

« On est fait de mille autres (…). En étant multiple, c’est comme si je répondais aux autres que je ne suis pas forcément ce qu’ils m’enjoignent d’être. Je déteste l’emprise, la dépendance. Il me faut toujours me déprendre de ce qui me fixerait comme un papillon qu’on épingle ». Jean-Baptiste PONTALIS, Le Monde des livres. Cahier du « Monde » daté 23 juin 2006.

Déambulations psychiques du zèb’reton…(8)

Il est rigolo de « relire son existence » à la lueur de cette idée qu’on serait zébré…

-Dépression, il y a très longtemps…due à un travail que je voulais à tel point parfait que…je me suis rendu malade et n’ai plus réussi, momentanément, à rejoindre le milieu professionnel (paradoxe : je veux faire bien…au point d’aller jusqu’à faire mal et me faire du mal) : perfectionnisme du zèbre ?

-Expérience du « harcèlement moral » sur un poste (expression utilisée par 3 personnes n’ayant pas échangé entre elles au préalable, lorsque j’ai décrit, à cette période elle aussi lointaine, ce que je rencontrais) et découverte des liens entre « pervers narcissique » et « personne doutant de ses capacités et prête à se remette en question, presque jusqu’à la destruction, pour « progresser » : fragilité du zèbre naïf et idéaliste ?

-Incapacité quasi totale à parler du beau temps et de la pluie pendant longtemps considérant que cela n’a aucune espèce d’importance pour se faire être heureux et…qu’il y aurait tant de choses intéressantes à aller apprendre pendant qu’on… « perd du temps à parler du temps » qu’il fait et à débiter d’autres banalités du même acabit simplement pour se sentir exister, pris en compte dans un échange : besoin qu’ont les zèbres d’aller davantage vers des sujets de réflexion ? Des sujets « métaphysiques » ? (méta= au-delà ; physique = nature : « au-delà de la nature », ou en-deçà, pour comprendre le sens de « pourquoi sur cette terre, dans un contrat à durée déterminée, dont nul ne nous dit quand il s’arrêtera…ce contrat…)

Oui,…rigolo, cette relecture de mon existence. On s’amuse comme on peut, arrivé un certain âge… 😉 Que « je déballe ma vie ici » ? (c’est une façon de voir les choses…) ; ou bien : que je déballe un peu d’ « Universel » relatif au monde zèbre « à partir d’un exemple (que je connais bien…) qui relève du particulier ». Ce sera, il me semble,…ce que chacun se dira au sujet de « ce que c’est » ; et…c’est très bien ainsi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s