Réussir sa vie…quand on n’arrive déjà pas à arrêter de se ronger les ongles ?

Réussir sa vie…quand on n’arrive déjà pas à arrêter de se ronger les ongles ?

13 novembre 2017

Comment réussir de grandes choses, quand on n’arrive déjà pas à réussir de petites choses ?

« Réussir sa vie » ne dépend pas que de nous. C’est évident. Il peut nous arriver divers malheurs, dès aujourd’hui (A.V.C. , annonce d’un accident où nous venons de perdre l’un(e) de nos proches, etc.), qui mettront à mal non seulement notre capacité à réussir mais même, ne serait-ce que notre capacité à apprécier encore la vie. Bref : tout ne dépend pas de nous, comme le disaient déjà les philosophes stoïciens1. Si « tout ne dépend pas de nous », cela laisse entendre, toutefois, que « certaines » choses en dépendent… Et cela laisse entendre que nous avons un minimum de « libre arbitre », un minimum de « liberté » et surtout de « pouvoir » d’influer sur le cours des choses. N’est-ce pas génial ? Cela signifie que nous ne sommes pas une cafetière destinée à ne faire que du café et dépendant de celui/celle qui mettra le café et le filtre en place, puis qui appuiera sur le bouton. N’est-ce pas une bonne nouvelle ? Non seulement nous ne réduisons pas à n’être qu’un « objet » comme cette cafetière mais…nous pouvons appuyer nous-même à tout moment sur « le bouton » de notre volonté pour enclencher telle ou telle action qui nous acheminera vers ce qui nous plaît dans la vie, vers ce que nous souhaitons faire de cette vie unique qu’il nous est donné de vivre. Que peut-on rêver de mieux ?

J’entends déjà les objections : « Oui, tu es gentil Philippe, mais nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours et si je n’arrive déjà pas à m’empêcher de manger de façon compulsive dès que j’ai un moment de libre, comment puis-je réussir ma vie ? », « Oui, mon cher Philippe, c’est sympa de nous parler de développement personnel mais on ne serait pas contre le fait de voir si ça apporte réellement quelque chose ce machin. Par exemple…pour arrêter de se ronger les ongles, tu fais comment, toi, si tu es pris par cet automatisme depuis bon nombre d’années et que tu ne peux pas t’empêcher de te bouffer le bout des doigts ? »

Là, j’avoue que vous me mettez au défi…

Développement personnel et gestion des petites habitudes quotidiennes

Il faut l’avouer : nous finissons par devenir l’ensemble de nos « P.H.Q »2, l’ensemble de nos « Petites Habitudes Quotidiennes ». Un petit exercice de pensée permet de s’en rendre compte : avez-vous le souvenir d’un jour où vous êtes rentré chez vous et où vos chaussons ayant été déplacés, vous vous êtes un peu senti comme en perte de repères, errant d’un endroit à un autre pour…retrouver cette partie de vous-même momentanément perdue de vue ? Un autre petit exercice : prenez un crayon et essayez d’écrire de l’autre main ; mieux encore : faites comme si vous aviez un bras cassé impossible à bouger et allez étendre votre linge sur le fil. Quand vous en arriverez au stade où vous tenez la pince à linge entre les dents tout en essayant, dans une position digne du yoga, de faire tenir le bout de linge d’un côté avec une main, et de l’autre avec une épaule ou votre front…peut-être vous direz-vous, comme moi, que le fonctionnement de notre petite personne repose effectivement sur un tas de « P.H.Q ». Et c’est bien le cas : nous avons tous, du matin au soir, diverses P.H.Q qui nous font fonctionner. Tous les jours nous appuyons sur le bouton pour éteindre le réveil, tous les jours nous sortons du lit, tous les jours nous… Bref : qu’on les appelle des « P.H.Q », comme je le fais, ou d’un tout autre nom, force est d’accorder que l’habitude devenant une seconde nature, nous finissons par être quasiment tout entiers cet ensemble de petites habitudes. C’est « bien » quand on arrive ainsi à se lever « automatiquement », mais c’est « moins bien », évidemment, quand on finit par manger « automatiquement » à toute heure du jour et de la nuit dès qu’on a un moment de libre, ou par se ronger les ongles « automatiquement » dès qu’on n’a rien d’autre à faire pour occuper ses mains. Y a-t-il un truc tout simple pour se sortir de là ? C’est ce que je crois… Et ce « truc », je ne sais pas s’il marchera pour vous, mais je sais qu’il marche pour moi. Mes propres ongles sont près à en témoigner… 😉

Ce petit truc est archi-simple.

Il repose sur une idée elle-même archi-simple : qui dit « automatisme » dit absence de conscience, absence de choix et absence de liberté ou d’usage libre de notre pouvoir potentiel.

Il faut donc briser l’automatisme, faire émerger à nouveau la conscience. Je vous entends : « Oui, mais comment !!! ».

Un petit truc archi simple, qui pourrait peut-être marcher pour vous…

Allez chercher une fiche bristol. Une fiche d’une taille correcte : qui vous permettra de noter sur la gauche, à la suite les unes les autres, une série de choses à faire et sur la droite, tout en haut, les jours du mois : 1, 2, 3, 4…jusqu’à 30 ou 31 selon le mois (ou 28 parfois…).

Maintenant, regardez cette fiche et dites-vous que c’est une fiche que vous allez par la suite regarder chaque soir avant de vous coucher : ce sera votre fiche d’ « autocontrôle » ! Chaque soir avant d’aller au lit, vous irez voir cette fiche car…elle est le début d’une nouvelle vie, fondée sur de nouvelles « P.H.Q. » ou « Petites Habitudes du Quotidien » !

Qu’allez-vous mettre à gauche ? Vous allez mettre par exemple ceci :

-Ongles pas rongés (résumé de « incroyable ! je n’ai pas rongé mes ongles aujourd’hui ! »)

-Pas mangé compulsivement (résumé de « je n’ai pas mangé compulsivement aujourd’hui »

-… (autre chose que vous voulez changer : un autre changement que vous voulez apporter et sur lequel vous exercerez un contrôle « conscient » quotidien : vérification chaque soir !)

-Contrôle des P.H.Q le soir (eh oui ! Il faut, aussi, que ce contrôle des nouvelles petites habitudes devienne, lui-même, une habitude : sans quoi les mauvaises herbes vont se remettre à envahir rapidement le jardin de votre vie, je vous le garantis!)

Qu’allez-vous mettre à droite, tout en haut ? Tout simplement ceci, encore une fois

1 / 2 / 3 / 4 / …jusqu’à 31 (pour un mois comportant 31 jours)

Ensuite ?

Ensuite, avant d’aller au lit, vous commencerez ce petit travail très court que vous recommencerez chaque soir avant de vous coucher : vous prendrez votre fiche et vous mettrez :

-Soit un OK ou un « émoticon » du genre smiley : vous savez, le petit bonhomme (ou la petite bonne femme…) avec le sourire : 🙂

-Soit un trait : un trait qui est comme le calme plat, comme une absence de mouvement ; si chaque jour c’est à nouveau un trait, ça finira par devenir en quelques jours une ligne car : – – – – finit par devenir : ____________ Cela signifiera que, pour l’instant, « c’est mort » comme on dit (un peu comme en médecine où cette ligne plate sur l’écran signifie qu’il n’y a plus ni mouvement, ni vie… Gloups ! Pas marrant, hein ? Mais, rassurez-vous, « tout n’est pas mort », ici, comme on va le voir…)

D’expérience, je puis vous dire que cet autocontrôle est aussi du « self contrôle » : il vous redonne la maîtrise ! Par pur plaisir un peu simple, voire simplet (mais ce qui compte c’est d’être efficace même si ça doit passer par quelque chose qui paraît ridicule, idiot, simplissime), vous en viendrez à « faire le nécessaire » en journée (par exemple : ne pas ronger cet ongle, même si ça vous démange…) : dans la seule optique d’ajouter un smiley ou un « OK » de joie le soir sur votre fiche bristol !

Tout cela est tellement simple…qu’on se demande pourquoi on n’y arriverait pas, n’est-ce pas ? Mais peut-être n’y arrive-t-on pas justement parce que c’est également simple « de ne pas le faire » !

En tous cas, le choix est entre vos mains, dès à présent : soit essayer ce petit truc, soit ne pas l’essayer. Je peux faire mon petit bout de chemin vers vous pour vous suggérer d’utiliser ce « petit truc », mais…je ne peux pas faire, à votre place (c’est la limite de mon pouvoir de magicien ;- ) ), le petit bout de chemin vers l’utilisation de ce petit truc pour que votre propre vie évolue, se développe et progresse vers le mieux à divers niveaux.

Ça ne marche que pour les ongles ?

Bonne question ! Et la bonne réponse est : non, ça ne marche pas que pour les ongles. Ça marche pour quantité de choses. Et, sur votre fiche bristol, vous pourrez mettre ce que vous voulez en termes de « nouvelles P.H.Q. ou petites habitudes du quotidien » : cela dépend de ce que vous voulez devenir demain…

Si vous voulez être demain « celui/celle qui ne se ronge plus les ongles » ou mieux « celui/celle qui a de beaux ongles bien entretenus », vous avez compris comment il faut faire et je n’y reviens pas.

Si vous voulez être demain « celui/celle qui prend bien soin de ses enfants » cela signifie peut-être que vous allez devoir envisager de nouvelles « P.H.Q », de nouvelles « Petites Habitudes du Quotidien » : peut-être allez-vous réaliser que « prendre bien soin de ses enfants » c’est leur apporter une nourriture correcte, des repas équilibrés, par exemple ; mais peut-être allez-vous réaliser, aussi, que jusqu’à présent vous ne faîtes que réchauffer chaque jour des « plats préparés ». Bref il faudrait éliminer les P.H.Q. négatives et créer des P.H.Q. positives. Votre nouvelle mission (« si vous l’acceptez… »:-) ) sera dès lors de noter sur votre fiche bristol, sur la gauche, parmi les « nouvelles P.H.Q. » :

-Cuisiner équilibrer.

Et chaque soir, avant d’aller vous coucher, vous mettrez un « OK » sur cette ligne, ou un simple trait si vous avez fait le nécessaire en journée, ou pas, pour intégrer cette nouvelle habitude. Simple, non ?

Peut-être serez-vous déçu au départ : il n’y aura peut-être pas de « OK » lors de certaines journées, il n’y aura pas de « smiley ». Gardez toutefois le sourire et maintenez A TOUT PRIX cet autocontrôle : car c’est lors d’un bilan en fin de mois que vous pourrez visualiser les « progressions réalisées » (ensemble de « OK » qui se succèdent!) et les « marges de progression » (ensemble de traits qui ont fini par former une ligne) qui font que : on n’en a jamais fini d’avoir le plaisir d’enclencher de nouvelles progressions possibles !:-)

Pour ceux qui sont « visuels », une petite image « parlante »…

Parfois je me dis que notre personne est comme « un grand cercle » dans lequel il y a « de petits cercles ». Prenons le temps de faire ce petit dessin, ne serait-ce qu’en pensée : un grand cercle et, dans ce grand cercle des petits cercles qui sont un peu comme des petites bulles.

Ce grand cercle c’est « ce que nous sommes » et ces petites bulles, à l’intérieur, ce sont nos fameuses « P.H.Q. » : nos « Petites Habitudes du Quotidien ». Un peu comme une flaque d’eau n’est, finalement, qu’un ensemble de petites gouttes d’eau.

Imaginons maintenant que nous retirons chaque mois un petit cercle au sein du grand cercle pour mettre un autre petit cercle à la place. Imaginons que nous retirons chaque mois une goutte d’eau à notre flaque d’eau pour mettre une…goutte d’huile, par exemple. Question : si nous faisons cela chaque mois : la flaque d’eau initiale va-t-elle éternellement rester la même « flaque d’eau » ?

Par analogie, si « ce que nous sommes » est composé de plein de « P.H.Q » et que nous mettons chaque mois une nouvelle P.H.Q. à la place d’une ancienne P.H.Q. allons-nous demeurer éternellement « ce que nous sommes » ? Allons-nous demeurer éternellement « celui/celle qui ronge ses ongles », « celui/celle qui mange compulsivement » « celui/celle qui ne prend pas suffisamment soin de la santé de ses enfants » ?

Et si tout cela changeait pour le mieux ? Et si tout cela ne tenait qu’à quelques minutes qu’on prend pour se poser et remplir une simple fiche bristol ? Et si cette maîtrise (retrouvée) de soi, ouvrait de nouveaux horizons pour devenir autre que ce qu’on a été jusque-là, pour devenir « meilleur » en divers domaines ? Est-ce que ça ne vaudrait pas le coup…de se poser pour remplir cette petite fiche ?

Pour finir, je dirai simplement ceci : ça a marché, de cette façon, pour moi ; et si ça marchait aussi pour vous, de cette même façon ? Il ne tient qu’à vous d’essayer…

1 Epictète (2012), Le manuel. [dans : Ce qui dépend de nous] Editions Arléa. 2012.Epictète (2012), Le manuel. [dans : Ce qui dépend de nous] Editions Arléa. 2012.

2Sur ce thème, cf. Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, film de Jean-Pierre Jeunet (2001) qui met à découvert ces petites habitudes quotidiennes sur lesquelles notre vie ordinaire repose comme sur autant de repères discrets et à peine perceptibles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s